Consciousness

Mai : mes cadeaux d'anniversaire

Mai : j'adore !

Mon premier cadeau a été 
le silence. J'observe que, depuis quelques mois, de plus en plus d'informations sont diffusées sur le web à travers les blogs et les réseaux sociaux, et que j'ai de plus en plus envie de me déconnecter ... Et pourtant, j'aime vous écrire, avec le souhait de vous apporter une petite touche de curiosité, de poésie, de lumière à chaque fois ! Vous êtes nombreux à ouvrir mes messages et à m'en remercier, et j'ai envie que ça continue comme ça !
Donc me voilà quand même, avec légèreté et discernement, je l'espère :)
Et avec ce message : offrons-nous régulièrement de débrancher vraiment, pour nous connecter aux seules ressources qui vaillent, nous-même et notre mère-Nature !

En deuxième cadeau, un texte inspirant qui tisse le lien 
joie-créativité-sérénité-présence-équilibre (merci à Audrey qui partage ses pépites en fleurs et en textes sur sa page Facebook).

"La joie de vivre, un acte de résistance politique" La joie de vivre, c'est avant tout le fait de se sentir pleinement vivant, animé par une énergie créatrice. Mais simultanément, ce sentiment d'intensité de vie se conjugue avec un sentiment de sérénité, qui permet d'être dans la pleine présence avec soi et ce qui nous entoure. Ainsi, le fait de se sentir pleinement vivant ne créé pas de déséquilibre. Ce n'est pas une simple phase d'excitation.
L'excitation est aussi une forme d'intensité de vie, mais, on le voit avec les marchés financiers, elle crée le déséquilibre. Pour les individus, l'excitation conduit à la dépression, ou la comble, mais de manière passagère. Il faut alors une excitation d'intensité supérieure pour en sortir. On entre alors dans une logique addictive, il faut "toujours plus".
La joie de vivre est donc un acte de résistance politique, car elle va à l'encontre de ce couple excitation/dépression, de cette logique de démesure qui conduit, ou qui renvoie au mal-être." Extrait de l'entretien de Patrick Viveret, philosophe, L'Âge de Faire.

En troisième cadeau, mon invitation à "vous rendre à vous-même et à votre sagesse intérieure" dans 
un pur instant de présence ... Que diriez-vous si je vous proposais de vous allonger 30 minutes à 90 minutes, et de laisser s'opérer le "déblayage" de vos pensées limitantes dans un état de profond bien-être ? De laisser faire le tri entre ce qui est à vous, et les 98% de pensées, croyances, attitudes qui ne sont pas à vous ? Vous en saurez plus en visitant cette nouvelle page sur mon site

Et si vous preniez rendez-vous avec vous ?

A bientôt, avec joie,  

Béatrice 

Pivoines52