allopathie

la médecine intégrative, une évolution nécessaire

 

Avez-vous été touché comme moi par le débat sur la fin de vie, les soins palliatifs et le "droit à mourir" ?
Que faites-vous pour faire valoir déjà votre "droit à vivre"?
Qu'est-ce que cela signifie pour vous dans vos choix au quotidien, dans vos projets ?

Pharmacien, gérontologue, naturopathe, phyto et florithérapeute, je suis une fervente adepte de la « médecine intégrative", qui est pour moi la réponse à de nombreuses questions de société au niveau médical, humain et économique.
Une réponse pour vivre en bonne santé dans un monde malade, et rester lucide, autonome, en cultivant le goût du bonheur en nous et autour de nous.
C’est bien entendu le chemin de toute la vie, jusqu’à, si l’on y parvient, mourir heureux et en paix, ce que je souhaite à chacun quand l’heure sera venue.

Si vous êtes dans la région, irez-vous écouter 
le Professeur Joyeux à La Baule le 23 octobre ? Le thème est "la médecine du futur", alliance des méthodes douces et modernes, justement. Et il y aura une conférence de Béatrice Mercier sur le Bol d'Air Jacquier*, dont je vous parle régulièrement !

A bientôt, à votre écoute tout simplement,

Béatrice



« Il n’y a pas de guérison réelle sans modification de nos conceptions de la vie, de la paix de l’âme et du bonheur intérieur. » Dr E Bach
Ci-dessous les fleurs de Brunelle, qui mobilisent nos forces intérieures de guérison

Brunelle blanche 1

la coopération de toutes les médecines

Printemps, équinoxe, renouveau ... C'est le moment de semer ! Les intentions professionnelles que je pose en ce printemps concernent l'alliance entre les différentes approches de santé. 

Pour les pathologies bénignes, aiguës ou chroniques, j'ai appris et je constate que les médecines traditionnelles (naturopathie, MTC, Ayurvéda) sont le plus souvent très efficaces et suffisantes, dès lors que la personne s'engage à prendre en mains son hygiène de vie. Les approches douces et symptomatiques ont également leur place ici. 

Dans les pathologies graves, dégénératives, ou les "maladies émergentes", la complémentarité entre allopathie et approches holistiques est plébiscitée par un grand nombre de patients, à juste titre, non seulement pour compléter l'efficacité des traitements chimiques ou adoucir leurs effets indésirables, mais aussi justement pour activer tous les leviers de guérison par l'approche ciblée, individualisée et complète de leur histoire de vie. 
Je ne parle pas ici de médecine des remèdes, mais bien d'une approche globale de la personne avec un travail de fond et sur différents plans sur les "causes des causes".

Une belle interview récente de Thierry Janssen à Psychologies.com aborde ce sujet sous le titre "Il est urgent que toutes les médecines coopèrent." 
L'avenir est à la médecine intégrative, encore faut-il la construire, de toutes pièces.

Le développement de cette synergie entre les différentes approches de santé est l'affaire de chacun, d'abord : c'est un choix citoyen à poser, pour passer du statut de patient-objet à celui de patient-sujet, de consommateur à conso-acteur. Cela devient alors l'affaire des professionnels, invités à communiquer et à collaborer, chacun dans son domaine de compétence, sur des éthiques parfaitement claires. N'attendons pas que la "société" évolue pour avancer, elle obéit à d'autres logiques : c'est à chacun d'impulser le mouvement.
Au plaisir de vous accueillir,

Béatrice